De Mexico D.F à Morélia

Sophie et Aurélie nous ont quitté à l'aéroport de Los Angeles. Fin des vacances? Pour nous deux, l'aventure continue et on est plus que jamais conscients de notre chance.

Samedi 17 août,

On entre maintenant officiellement en Amérique latine. Officieusement, dans le sud-ouest des Etats-Unis, nous y étions déjà un peu !


Dernier volet de notre voyage autour du monde (il nous reste un peu plus de 4 mois), ce que nous trouvons à notre arrivée nous est comme familier: une excroissance de l'Europe du Sud, de l'autre côté de l'Atlantique.

Confisqué au XVI e s. aux Indiens par les conquistadors espagnols, l'actuel Mexique (indépendant depuis 1821) et ses populations ont été largement hispanisés par le métissage (aujourd'hui, 60% des Mexicains sont des métisses Indiens-Epagnols; les Indiens représentent 30% de la population) et l'évangélisation (quasiment tous les Mexicains sont catholiques). Il y a des églises partout et ce sont peut-être ces innombrables clochers qui nous rappellent un peu chez nous.

Nous arrivons à Mexico en fin de journée. Fatigués et un peu flippés par ce qu'on lit dans notre guide (encore une fois, pas des plus futés) sur l'insécurité de la capitale, on se cramponne à nos sacs et on se glisse vite dans un taxi, direction Cuauthémoc (c’est le nom du dernier empereur aztèque) dans le centre-ville. Un double des clés nous attend chez le concierge d'Eduardo, un ami de notre copine Yoshiko (du Japon). Il nous accueille pour quelques jours dans son appartement aux allures de loft d'artiste. On prend nos quartiers dans le salon, au milieu des tableaux peints par notre hôte, le clone de Salvador Dali!
Morts de fatigue, on sort grignoter quelques tapas avant de se glisser sous la couette pour une bonne nuit qui fera le tour de la pendule!

Une semaine dans la capitale

Dimanche,

On émerge doucement. Beau soleil, température agréable. Les effets de la latitude méridionale de Mexico sont largement tempérés par l'altitude de la ville: la capitale se situe à 2200m au-dessus du niveau de la mer!

Promenade sur la Paséo de la Reforma, avenue bordée d'arbres et d'immeubles modernes, sorte de quartier des affaires. Des tours de bureaux en verre, galerie commerciale et hôtels de standing: on fait un peu de shopping. Atmosphère paisible, on est ici très loin de cliché sur l'insécurité.

Au bout de l'avenue, le Bosque de Chapultepec, vaste parc d'agrément dominé par le château où vécurent l'Empereur Maximilien de Habsbourg et son épouse Carlotta (Charlotte) durant leur court règne à la tête du Mexique de 1864 à 1867.

On retrouve Eduardo en fin de journée. A la sauce Yoshiko, il nous embarque pour un bike tour dans le centro historico. Dîner dans le patio de la Casa de Azuléjos, demeure nobiliaire du XVIII e siècle. Le cadre est magnifique!

Eduardo nous raconte sa vie et ses envies: né à Mexicali (ville de maquiladoras (ateliers), jumelle de Calexico au Texas) sur la frontière avec les États-Unis, il est venu à Mexico avec ses parents et son frère à la veille du tremblement de terre de 1985. Il rêve de devenir peintre quand ses parents lui imposent de faire des études : il choisit l'architecture. Aujourd'hui à la tête de son propre cabinet, il s'essaye à une autre forme d'art: l’ecriture. Actuellement plongé dans l'écriture d'une nouvelle ayant la guerre d'Algérie pour toile de fond, nous échangeons beaucoup sur le sujet.

Le jour d'après,



On flâne dans le Centro historico: du Palacio de Bella Artes au Palacio Nacional en passant par l'imposante cathédrale baroque. Edifiée par les Espagnols à partir du XVIe siècle, elle couvre en partie les ruines du Templo Major, l’ancien centre et principal lieu de culte de Tenochtitlan, la capitale de l'empire aztèque saccagée par les hommes de Hernan Cortez, le conquistador, en 1521. Rues piétonnes et commerçantes, patrimoine conservé, réhabilité, protégé. Beaucoup de monde se presse dans les boutiques, restos et cafés .... Vraiment des airs d'european way of life!
























La cathédrale























Le palacio nacional
Déjeuner avec Omar et Eduardo. Derrière nous, les vestiges du Templo Major.

On s’enfonce un peu plus loin, les rues sont bondées de monde ; la rue des bijoutiers, la rue des chausseurs, la rue des cosmétiques…. Et puis des dizaines de marchands ambulants ont installé leurs étales sur le trottoir et haranguent les passants. Une vieille femme, certainement indienne, vend des épis de maïs grillés. 

Mardi,


Marre de marcher, on emprunte les vélos d'Eduardo pour aller du côté de Coyoacan. Joli quartier aux maisons colorées, on file vers celle, toute bleue, de Frida Kahlo. Dans la maison où elle vécut sont exposées certaines de ses œuvres et d’autres de Diego Ribeira, qui fût son mari.

A deux pas de là, la maison de son ami et un temps son amant, Léon Trotsky. C'est aussi là qu'il fut assassiné en 1940.



















Frida Kahlo, El marxismo dora la salud a los enfermos, 1954


















Diego Ribeira, Landscape, 1956


















Frida Kahlo et Diego Ribeira à droite, Léon Trotsky au centre.

On se dépêche de rentrer pour ne pas louper le début du match: ce soir, on retrouve Omar et son frère Fernando aux Mexico Arenas pour assister aux lucha libre. Des lutteurs aux tenues plus extravagantes les unes que les autres. Deux heures à rire de bon coeur de ces combats factices et des harangues des supporters au langage bien châtié.

Comme un rite, on retrouve ensuite Eduardo pour dîner. Il est venu avec une amie: Joss, jeune actrice de TV Novelas sur une chaîne mexicaine.

Après un resto sushis (oui, pas très mexicain cette fois ci!), on digère en musique au Pata Negra. Une excellente soirée!

Mercredi,

Envie d'aller prendre l'air en dehors de la ville. On part pour Teotihuacan, à 1h de la capitale en bus. Sortie de Mexico impressionnante, les quartiers de bidonvilles grimpent sur la moindre colline et n'en finissent pas de se succéder ; Mexico est la plus grande ville du monde en terme de superficie!

Puis enfin un peu de campagne, des champs bien verts (pas de cactus en plein désert ici, le centre du Mexique est une région bien arrosée) et enfin....les pyramides!

Teotihuacan (« l’endroit où les hommes se transforment en dieux ») fût bâti et abandonné par un peuple inconnu. La ville, édifiée à partir de 200 av.J.-C, atteignait une superficie de 20km2 et une population de 125 à 200 000 habitants. Plus grande cité d’Amérique centrale, son influence s’étendait jusqu’au Guatemala. Teotihuacan est finalement pillée, incendiée et délaissée vers 750 ap. J.-C.

Jeudi,


La maman d'Eduardo arrive de Mexicali pour un mois ; nous avons donc migré la nuit dernière vers un petit hôtel à deux pas de la cathédrale. Nous en sortons difficilement! La place est occupée par 20000 manifestants, des profs et leurs soutiens, venus de tout le Mexique pour s'opposer à la politique du gouvernement en matière d'Education. Une mobilisation impressionnante. La place du Palacio Nacional est couverte de tentes....ils vont rester là un moment! Une semaine plus tard, on apprendra le « nettoyage » de la place au jet d’eau.

 

 

Balade dans la Zona Rosa et Colonna Roma.

On finit la journée dans un bar à mezcal pour une soirée salsa. Eduardo est notre professeur. On ne s’en sort pas si mal pour une première fois !

Two days in Morelia

Après près d’une semaine dans la capitale, nous partons pour le week-end à Morelia (à 4h30 de bus au nord-ouest de Mexico), chez les parents de notre amie Nandi aujourd’hui installée à Nancy. Rosario, sa maman, nous a préparé un festin de petits plats mexicain (chilaquiles, enchiladas, quesadillas, mollé,….) qui va durer tout le week-end ! Muy rico !!!

 

Samedi,

Un ptit tour au marché du quartier, une séance dégustation de spécialités végétariennes à la boutique familiale et une glace chez Don Simon, …. Janet et Anilyù, les sœurs de Nandi, nous conduisent dans la découverte de Morélia et de ses environs.

On passe l’après-midi à Patzcuaro, petite ville à 1h de Morelia. Le Mexique typique comme on se l’imagine. On est vraiment sous le charme !

 

 

Patzcuaro
Une jeune fille fête ses 15 ans!

Une violente averse nous pousse à reprendre la route. Le temps de se préparer et les filles nous sortent en ville avec leurs amis Juan-George (à droite, avec sa chérie Janet) et Paulina. Une excellente soirée !

 

Dimanche,

 

Le réveil est un peu difficile mais le ptit déj sous les arcades de la place centrale de Morélia en vaut la peine. Architecture coloniale, un cadre superbe! Les rayons du soleil nous réchauffent. Une douce journée commence avec toute la famille. Nous qui avons quitté la nôtre depuis quelques temps déjà, quel bonheur d’être entourés si chaleureusement !

Une séance chez Janet’s coiffure en duplex de Nancy avec Nandi et Fred by skype,…il est déjà l’heure de remonter dans le bus pour Mexico. Bus 1ère classe, larges fauteuils, wi-fi, paniers repas, … les meilleurs bus de notre monde connu ! Une sensation émue de dimanche soir.

On arrive à D.F (Mexico, District Federal) en fin de soirée. A deux rues du Zocalo (le centre), le taxi nous dépose aux portes de nôtre hôtel et nous met en garde : être très prudent, ne pas sortir avec beaucoup d’argent sur soi… Une voiture de police à droite, tas d’ordures à gauche, une dizaine de homeless dorment sur le trottoir en face. Un autre visage du Mexique, comme une piqûre de rappel : près de la moitié des Mexicains vivent toujours sous le seuil de pauvreté.

Nous quittons la capitale le lendemain après-midi, pour Playa del Carmen dans la péninsule du Yucatan. On est impatients d’y être et de retrouver Delphine (the Manue’s sister pour ceux qui ne le savent pas) et son chéri Aurélien (Dem, pour ceux qui ne le savent pas non plus) venus passer deux semaines de vacances au Mexique.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

anouchkha | Réponse 08.09.2013 21.25

J'aurais bien échangé votre weekend avec la famille de Nandi contre ma rentrée... je vous embrasse. Que le temps passe !

katherine | Réponse 07.09.2013 22.05

un dimanche en" famille" à presque 10 000 kms de chez soi, au milieu d'un périple comme le vôtre cela doit effectivement faire plaisir.
TB poursuite de voyage

Rom's | Réponse 06.09.2013 16.34

Elle donne envie cette assiette de petit déj !!!

CHEVALIER Bénédict | Réponse 06.09.2013 16.05

Venant de Californie "Espagnole", Zorro vous protège sur les routes du Mexique.
Fini le régime "Mc-Do", bienvenue aux plats épicés et aux" Sombreros"!
A plus.

Voir tous les commentaires

Commentaires

22.02 | 18:15

Merci Lélia !!

...
22.02 | 14:12

bonjour madame je suis dans la classe des 6 ème 2 du collège jaques marquette.
j'espère que vous allez bien votre blog est trooooooooooooooop bien

...
15.02 | 22:58

Merci Nicolas ! Et bonnes vacances!

...
15.02 | 20:57

Bonjour madame, j'espère que vous allez bien... Je suis Nicolas de 6eme2 du collège Marquette. Je trouve votre blog vraiment sympa, avec des monuments fantastiques

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE