Au Chiapas...à San Cristobal de Las Casas!

Dimanche 8 septembre,

7h du mat', notre bus entre au Chiapas. Un peu cassés par une nuit de route, on ouvre difficilement les yeux. Derrière les vitres, un précipice. Au loin, une nappe de brouillard s’accroche aux montagnes couvertes de forêts. Le soleil se lève tandis que nous arrivons dans les premiers villages. Gros villages ou petites villes, les maisons défilent : rectangulaires et toutes alignés, agglos toujours visibles ou recouverts d’une peinture de couleur vive, elles semblent bien modestes. On lutte pour ne pas se rendormir puis on abandonne.

 

On arrive à San Cristobal de Las Casas en milieu de matinée.

Toujours pas très frais, on sort de la gare routière à la recherche d’un endroit « connecté » où se poser et prendre un bon ptit déj.

Cool…Fabien, de la Casa en el Arbol (l’école de langue dans laquelle on s’est inscrits) a répondu à notre mail. Il nous indique l’adresse d’Esmeralda chez qui nous allons être hébergés cette semaine. L’idée ? L’immersion... pour nous obliger à parler espagnol. Un taxi nous dépose avec nos gros sacs devant sa porte. On sonne. Personne !

On s’installe sur le trottoir, on sort de quoi bouquiner, une fine bruine s’invite…. Super !

Trois quart d’heures plus tard, Aaron arrive et nous ouvre la porte. Son petit frère, David et sa mère Esmeralda le suivent. Il est 13h et ils rentrent de l’église !

“- Do you speak english ?  – No… - Euh, do you speak french ? (On ne sait jamais! Un miracle!) – Ah Ah! No!”  Esmeralda parle, parle et parle. Les yeux écarquillés je me dis une fois de plus « Pourquoi t'as fait de l’Allemand en LV2…? » et je lui réponds « No habla espanol !». Hacen et ses souvenirs du lycée s’en sortent eux plutôt bien. L’immersion sera donc totale !

Lundi,

Aujourd’hui c’est la rentrée !! Cahiers et crayons dans le sac, ptit déj délicieux préparé par Esmeralda dans le ventre, Aaron nous accompagne à l’école à 10 minutes à pied de la maison. On découvre un lieu super sympa et convivial. La Casa en El Arbol est école de langue qui propose des programmes à la carte à une clientèle de voyageurs et d’étudiants mais aussi association venant en aide aux populations indiennes des environs. A première vue, ça ressemble plus à un café-resto qu’à une école. Des étudiants américains, des français aussi boivent le café pendant la pause. Notre prof, Mémo (Guillermo), la trentaine, muy agradable vient à notre rencontre et nous conduit dans le patio, autour duquel se trouve 4 ou 5 petites salles de classe. Programme intensif, 3h de cours chaque matin, d’autant que nous serons ses seuls élèves cette semaine. Super buen !

On quitte à midi avec des devoirs à faire pour demain ! Fini les vacances. On n’a pas vraiment envie de rentrer à la maison pour les faire ! Comme deux ados, on part traîner en ville. Comme deux adultes, on s’installe à la terrasse d’un resto… et on fera nos devoirs après le café !

La semaine s’écoule tranquillement entre les cours, les terrasses de café et la casa d’Esmeralda.

On flâne beaucoup dans les rues de San Cristobal qu’on finit par connaître comme notre poche. Patrimoine colonial, églises, musées, marchés et échoppes d’artisanat local, … San Cristobal est une très jolie petite ville (de plus de 300 000 habitants !) toujours animée, même quand il pleut !

Parce qu’il a plu, plu et replu pendant des heures, des jours….trois jours sans s’arrêter une seule minute. Dommages collatéraux de la tempête tropicale Ingrid qui a frappé le sud du pays ! Le mois de septembre est de toute façon toujours très pluvieux au Chiapas.

On ne se laisse pas abattre et l’on continue notre enquête sur la piste des Mayas….Que restent-ils de ces Indiens aujourd’hui ?

Un quart des habitants du Chiapas est composée d’Indiens descendants des Mayas. Nombre d'entre eux vivent encore dans la Rainforest de Lacandon et dans les villages autour de San Cristobal.

Sur les conseils de Mémo, c’est dans deux de ces villages, situés à une demi-heure de San Cristobal, que nous nous rendons : San Lorenzo Zinacantan et San Juan Chamula.

Les Indiens Tzotziles vivent là. Villages pauvres, des maisons très simples, certaines conservent toujours un sol en terre battue.

Les Indiens y vivent de deux activités essentielles : le textile et l’horticulture .

Les femmes tissent des tapis, nappes, vêtements (ponchos, chemisiers, jupes, sacs…), fabriquent des ceintures et bracelets. Toujours vêtues de leur habit traditionnel, elles sont nombreuses sur les marchés et dans les rues de San Cristobal à vendre leurs produits.

Quant aux fleurs, elles sont cultivées dans les nombreuses serres qui entourent les villages, avant d’être vendues à l’extérieur ou d’être utilisées pour la décoration des églises … et quelle décoration !

Le tissage
Marché, à Zinacantan
La confection des tortillas
Indiennes, dans les rues de San Cristobal
Zinacantan

Nous entrons dans la cathédrale de San Juan Bautista Chamula comme dans un univers surréaliste. Des fleurs ornent le chœur et les retables du sol jusqu’à la voute. Jésus ? La Trinité ? La Sainte Vierge ? Ce sont surtout les Saints qui sont priés ici. Des dizaines de leurs statues, habillées de véritables vêtements, se tiennent de part et d’autre de la nef jusqu’au chœur. Parfums d’encens et des bougies qui brûlent. Il y a des cierges partout, sur des autels improvisés et par terre. En effet, pas de bancs ni de chaises dans cette église. Les Indiens prient à genoux, à même le sol sur un tapis d’épines de pin amenées de la montagne où ils priaient autrefois. La foi, telle qu’elle est vécue et pratiquée ici, est un mélange de rites catholiques et d’anciennes traditions païennes. Comme en Europe, l’évangélisation a substitué les statues de saints et les églises aux idoles et lieux de culte païens. Souvent venus en famille, les Indiens forment de petits groupes, agenouillés devant les cierges qu’ils viennent de fixer au sol et prient …. une bouteille de coca à la main ! Pardon ? En effet, quoi de mieux pour expectorer le mauvais esprit ? Après l’invention du père Noël, Coca Cola envahit les églises et les Indiens en sont totalement addicts. Photos interdites, elles risqueraient de voler leur âme, il faut vraiment le voir ! Superstition poussée à l’extrême ? Les Indiens ne sont pas toujours tendres avec leurs saints. En quittant le village, on longe une église en friche ; elle est entourée d’un cimetière. Dévastée par un incendie faisant suite à un tremblement de terre, les villageois avaient mutilé les statues des saints pour les punir de ne pas avoir protégé l’église !






Sur le parvis de la cathédrale





San Juan Bautista





à la sortie de l'école!

Le week end commence avec l’anniversaire de David, le fils d’Esmeralda ; il fête ses cinq ans et toute la famille a été conviée. 

Esmeralda et David (à droite)
...et toute la famille!

Puis la semaine s’achève avec la fête de l’indépendance du Mexique (16 septembre). Week end haut en couleurs. Celles du drapeau mexicain mais pas seulement. On dîne dans le patio de la TierraDEntro, un ptit resto où nous avons pris nos habitudes : bonne ambiance, des musiciens s’y produisent midi et soir. Tout autour de nous, des boutiques d’artisanat indien et coopératives zapatistes. Longtemps après l’évêque Bartolomé de Las Casas au XVIe s., la défense des indigènes est depuis 20 ans médiatisée par les zapatistes et le sous commandant Marcos. Vivant toujours dans une situation d’extrême pauvreté, beaucoup d’Indiens viennent aujourd’hui grossir la population de la « ceinture de la pauvreté », zone de bidonvilles autour de San Cristobal.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

mari d am | Réponse 08.10.2013 18.46

cela fait un petit moment que j a temps la suite de votre voyage j espere que tout va pour le mieux bonne journee a vous et a plus

Manue et Hacen 08.10.2013 22.14

Coucou! Message reçu, on manquait juste un peu de temps et de connexion... bientôt la suite! A tout vite. Bisous à toi et Anne-Marie.

marie dam | Réponse 19.09.2013 19.58

votre sejour a chiapas ma l air tres cool ca donne vraiment envie continuer a me faire decouvrire votre super
trips allez au plaisir

Voir tous les commentaires

Commentaires

22.02 | 18:15

Merci Lélia !!

...
22.02 | 14:12

bonjour madame je suis dans la classe des 6 ème 2 du collège jaques marquette.
j'espère que vous allez bien votre blog est trooooooooooooooop bien

...
15.02 | 22:58

Merci Nicolas ! Et bonnes vacances!

...
15.02 | 20:57

Bonjour madame, j'espère que vous allez bien... Je suis Nicolas de 6eme2 du collège Marquette. Je trouve votre blog vraiment sympa, avec des monuments fantastiques

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE